Les entreprises wallonnes bénéficient de la recherche européenne…

Comment le CETIC entre en jeu.

Les entreprises wallonnes bénéficient de la recherche européenne…

Comment le CETIC entre en jeu.

L’objectif de l’Union européenne est de favoriser le développement économique et de stimuler l’emploi. Pour ce faire, l’Europe investit dans la recherche en finançant de nombreux projets qui s’inscrivent dans des programmes-cadres bien définis.
Mais comment les entreprises en Région wallonne peuvent-elles bénéficier de ces projets de recherche menés à l’échelle européenne avec des grandes multinationales et des universités réputées ?
Et bien grâce au CETIC qui va transférer l’expertise acquise lors de la mise en œuvre de ces projets, et ce vers les entreprises wallonnes en les aidant à intégrer les nouvelles technologies qui leur permettront de bénéficier d’un gain précieux de temps et d’argent lors du déploiement de leurs activités.

Un peu d’histoire pour remettre les projets en contexte

L’innovation technologique dans le domaine des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) évolue de façon continuellement accélérée. L’informatique, les logiciels, les systèmes électroniques sont omniprésents. Il est donc indispensable que les entreprises wallonnes puissent s’appuyer sur un organisme qui les soutient et leur permet de pratiquer leurs activités de la manière la plus efficace possible, de s’approprier les innovations technologiques, et de les intégrer rapidement dans leur offre.

Dans cette optique, en 2001, la création de l’infrastructure CETIC a pu être réalisée grâce aux financements dont a bénéficiés la province du Hainaut dans le cadre du Phasing out de l’Objectif 1 pour la recherche et le développement technologique.
Les équipes de recherche ont alors été co-financées par le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER) et la Région wallonne et ont ainsi pu démarrer leurs activités de recherche au service des entreprises, et en liaison avec les laboratoires des universités à l’origine du CETIC à savoir l’Université Catholique de Louvain, les Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix de Namur et la Faculté Polytechnique de Mons.

Le CETIC s’est dès lors directement positionné en tant que centre de recherche appliquée ‘au service des entreprises’, agent de connexion entre la recherche universitaire et les entreprises, et partenaire actif en transfert de technologies.

Acquisition d’expertise dans trois domaines de recherche pour application en entreprise

Le CETIC a rapidement développé la vocation de servir les entreprises, soit par un accompagnement de type méthodologique, soit par la mise à disposition de technologies permettant aux entreprises partenaires d’exploiter les avantages des nouvelles technologies de manière efficace et rapide.
Dès 2002, à partir des interactions avec les entreprises, le CETIC réalise des travaux de recherche industrielle de base, à destination d’un large éventail d’entreprises, et concentrés sur trois axes stratégiques :

  • le génie logiciel, c’est à dire les méthodologies et les outils permettant d’améliorer les pratiques logicielles (et notamment l’ingénierie des cahiers des charges) et la qualité des produits logiciels,
  • les systèmes distribués, c’est à dire s’appuyant sur un réseau (par exemple, Internet) leur conférant des propriétés spécifiques, telles que la haute disponibilité, la mobilité, la collaboration…
  • les systèmes électroniques, basés sur l’exploitation des nouvelles technologies telles que les cartes programmables (FPGA, approche SystemC) et les micro-capteurs.

Ces trois axes stratégiques de recherche du CETIC présentent alors un très haut potentiel d’innovations industrielles, et impactent directement les entreprises wallonnes du secteur des TIC, matérialisant ainsi une contribution significative du CETIC au développement économique régional.
Les trois axes sont aussi supportés par des relations suivies avec les équipes des laboratoires universitaires, ce qui permet au CETIC de se tenir en permanence informé des progrès scientifiques survenus et émergents, non seulement en Belgique mais aussi dans l’Espace Européen de la Recherche.

Du FEDER aux Programmes-cadre

En liaison avec des entreprises, le CETIC a initié de nouveaux projets de recherche industrielle. En 2003, en vue de développer ses acquis technologiques et sur base de nombreux contacts qu’il entretient avec les entreprises, le CETIC définit de nouveaux projets de recherche dans le cadre des programmes européens. Le CETIC s’est en effet fortement impliqué dans de nombreuses initiatives du thème « Information Society Technologies » du 6ème Programme-cadre de Recherche et Développement (FP6) initié par la Commission européenne. Mis en oeuvre sur la période 2002-2006, ce programme visait à mettre en œuvre un Espace Européen de la Recherche doté d’une forte dimension internationale et parer à une recherche trop fragmentée pour relever efficacement les défis inhérents à notre temps.

Ces initiatives visant à partager son expertise en matière de calcul numérique et de Grid dans le cadre de ces projets sont largement couronnées de succès, et concrétisent l’intégration du CETIC dans l’Espace Européen de la Recherche.

Les projets EVERGROW, HPC4U, CoreGRID et CANAPE débutent dans le courant de l’année 2004. Le CETIC occupe un rôle stratégique dans les projets HPC4U et CoreGRID.

Au sein de CoreGRID - réseau d’excellence en technologie Grid regroupant 42 équipes de recherche à travers 17 pays européens - le CETIC est notamment responsable de la dissémination de l’information du projet (‘Spreading Excellence’) et met ainsi son expérience de transfert de technologie entre les centres de recherche universitaires et entreprises au service du réseau CoreGRID. Le CETIC répète ainsi au niveau européen son rôle de responsable communication entre Recherche et Entreprise, ce transfert d’information étant essentiel pour transformer les investissements de la recherche Grid en bénéfices économiques tangibles à l’échelle locale et internationale.

Expertise en matière de Grid, d’Open Source et d’eHealth

Grid et Open Source

Fort de son succès dans les 4 premiers projets cités ci-dessus, le CETIC passe un nouveau cap en 2006 et décroche deux nouveaux projets FP6, et cette fois en tant que coordinateur, mettant en avant son expertise du Grid et de l’Open Source.
D’une part le projet QualOSS qui se focalise sur les outils de mesure automatisée et de monitoring de la qualité de logiciels libres (Open Source) et d’autre part le projet GridTrust qui développe l’environnement et les outils nécessaires pour l’intégration des objectifs de sécurité et de confiance dans des systèmes distribués dès la phase des exigences et des spécifications. QualOSS et GridTrust s’attaquent directement à des questions fondamentales auxquelles sont confrontées les entreprises. Et au travers de ces projets, l’objectif du CETIC est de donner une longueur d’avance aux entreprises wallonnes.

Suivront la même année les projets BEinGRID et AssessGrid. BEinGRID est un projet-clé pour le CETIC de par son envergure - 96 partenaires - et de par son contenu - 25 expériences pilotes visant à tester et à appliquer les systèmes de calcul distribué dans toute une série de secteurs industriels. La mission de BEinGRID, qui a eu pour objectif d’accélérer de manière déterminante l’adoption des technologies Grid dans l’industrie (transfert de technologie), se rapproche très fort de celle du CETIC. C’est d’ailleurs pour ces raisons que le CETIC s’est activement impliqué dans BEinGRID. En effet, en tant que membre du Coreteam, le CETIC a coordonné les premières 18 expériences pilotes et a été responsable de la communication du projet. Les experts du CETIC ont également travaillé sur une expérience pilote en particulier, ‘Virtualisation and Virtual Reality’, en collaboration avec la Faculté Polytechnique de Mons, le bureau belge d’architectes Art&Build et l’éditeur de logiciels allemand « Mental Image ». Le rôle du CETIC dans ce projet aura été de porter sur Grille un logiciel de synthèse d’images pour architectes. Ce qui a été réalisé et a permis au bureau d’architectes de gagner du temps et de l’argent en offrant un meilleur service à ses clients grâce à l’intégration des technologies Grid.

eHealth

En matière d’eHealth, le CETIC s’y est intéressé dès 2006 en s’engageant dans des projets de recherche couvrant ce sujet prometteur pour les entreprises wallonnes.
Débuté en janvier 2007, le projet OLDES vise à développer une solution basée sur des technologies innovantes afin d’améliorer les conditions de vie des personnes âgées à leur domicile. L’objectif du projet OLDES est de développer un ensemble de services adaptés aux besoins des personnes âgées afin d’améliorer leur bien-être tout en diminuant les coûts liés aux soins de santé. Parmi les services développés, on trouve des services de suivi intelligent de santé à distance et en temps réel, via des appareils médicaux et des capteurs « sans fil », ainsi que des services de divertissements interactifs. Les personnes âgées pourront accéder à ces services par l’intermédiaire d’un compagnon digital à bas coût, spécialement développé dans le projet afin de répondre à leurs besoins et de leur rendre transparent l’accès à des services basés sur des technologies de communication modernes (voix-sur-ip, web 2.0,…). En tant que partenaire du projet, le CETIC est responsable du groupe de travail lié aux développements techniques de la plateforme. Au sein de ce même groupe de travail, il a développé le système de communication innovant des appareils médicaux permettant de collecter automatiquement les paramètres des patients et va implémenter le cœur des services de divertissement. Grâce à son expertise en ingénierie des exigences, le CETIC a également un rôle clé dans la collecte des besoins des utilisateurs et du système ainsi que dans le design de la plateforme technologique. Ce projet présente un haut potentiel en terme d’exploitation des résultats. Le CETIC est dans ce cadre en contact avec des PME wallonnes en vue d’exploiter les résultats du projet en Belgique.

7ème Programme-cadre pour la période 2007-2013

A partir de 2007, le CETIC s’est impliqué dans le 7ème Programme-cadre mis en place par l’UE et est partenaire de trois projets FP7. Il s’agit des projets stratégiques RESERVOIR (architectures orientées services mené par IBM), DEPLOY (déploiement industriel de méthodes formelles) et PONTE (implémentation d’une plateforme orientée services pour la conception d’essais cliniques).

DEPLOY est un projet très intéressant pour le CETIC de par sa vocation de transfert industriel. La recherche menée est fortement dirigée vers l’applicabilité industrielle des résultats de projet précédents en termes de formation, d’adaptation des méthodes et outils aux besoins des industriels et de la réalisation d’études de cas avec des industriels représentatifs de 5 secteurs majeurs : l’automobile, l’aérospatial, le ferroviaire, les télécoms et les systèmes d’information d’entreprises. Le rôle du CETIC, au-delà de la gestion du projet (gestion de la qualité) ainsi que de dissémination et exploitation locale des résultats, relève essentiellement de l’évaluation de l’impact des méthodes rigoureuses sur le processus de développement, à la fois au niveau de la productivité et de la fiabilité. Le CETIC est ainsi amené à travailler étroitement avec les 5 industriels pour évaluer les processus et les produits mis en oeuvre. Au delà du transfert des techniques de développement rigoureux dans les 5 industriels impliqués, les résultats escomptés sont un ensemble d’enseignements qui pourront être appliqués au delà de la fin du projet dans d’autres milieux industriels. Pour la plupart des entreprises wallonnes, la conception de systèmes à base de logiciels reste en effet une tâche difficile, reposant sur des méthodologies largement informelles, basée sur des documents textuels et un faible couplage rigoureux entre les documents produits à diverses étapes, résultant en des coûts de test très élevés, une fiabilité difficile à prouver, et des taux importants de retard et d’échec. Le projet se situe donc dans un changement de méthode, orienté sur une ingénierie plus rigoureuse, basé sur des modèles et des transformations prouvées entre diverses étapes de conception et de la génération automatique de code. L’impact est dès lors important pour toutes les entreprises développant du logiciel critique, notamment dans les pôles de compétitivité aérospatiale (par exemple Thalès Alénia), mécanique (par exemple IBA), logistique, et pharmaceutique (par exemple Baxter). Une valorisation et une consolidation des résultats en Hainaut et en Wallonie sont d’ailleurs largement supportées par un autre projet "Objectif de Convergence" déposé par le CETIC. Celles-ci ont par ailleurs déjà commencé puisque des formations ont déjà été données avec certains industriels demandeurs.

Transfert de connaissances à l’échelle européenne au bénéfice des entreprises wallonnes

Les équipes de recherche du CETIC ont, depuis la création du Centre, sans cesse œuvré à transformer l’expertise acquise dans les diverses activités de recherche menées à niveau européen, en outil technologique innovant offrant aux entreprises wallonnes les moyens d’intégrer une technologie de pointe à leurs services pour un bénéfice maximum optimisé.

A travers ces projets de dimension européenne, le CETIC est devenu un partenaire privilégié des grandes entreprises européennes et des plus grands centres de recherche. Il réplique ainsi, au niveau européen, son rôle d’agent de liaison, contribuant à l’image de marque internationale de notre Région.