Accueil > FR > Actualités > Publications > Comment gérer le risque de lock-in technique en cas d’usage de services de (...)


Comment gérer le risque de lock-in technique en cas d’usage de services de cloud computing ?

Résumé

Depuis une dizaine d’années, les technologies du cloud computing pénètrent le monde de l’entreprise. En 2012, en France, ce marché représentait 2 milliards d’euros de chiffres d’affaires. Conséquence du cloud computing, une part croissante des données des entreprises (mais aussi du grand public) se trouve hébergée en ligne. Il en résulte un risque de lock-in accru, source d’inquiétude pour des utilisateurs confrontés au risque de voir leurs données en ligne sans possibilité de les migrer sur leurs propres ressources informatiques ou sur des plates-formes concurrentes.
Nous traitons, dans cette recherche préliminaire, la problématique de la gestion du lock-in en cas d’usage de services de cloud computing. Nous cherchons à répondre à six questions :

  1. Qu’est-ce que le lock-in ?
  2. Le lock-in est-il perçu comme un problème important ?
  3. Quelles sont les causes de lock-in ?
  4. Quel est l’impact du lock-in pour l’utilisateur ?
  5. Comment l’utilisateur peut-il éviter le lock-in ?
  6. La problématique du lock-in concerne-t-elle le grand public ?

Notre article est organisé en trois sections. La première section présente la méthodologie suivie pour notre étude. Notre recherche consiste en une revue de la littérature. Cette dernière s’appuie sur deux types de sources : d’une part, des articles issus de la littérature scientifique dédiée à la question du lock-in et, d’autre part, un ensemble d’articles issus de la presse professionnelle traitant spécifiquement de la question du lock-in dans le cloud. La seconde section développe les résultats. Cette section identifie quatre causes différentes de lock-in ainsi que quatre impacts sur les utilisateurs, et propose six mécanismes permettant de réduire le risque de lock-in. La troisième section discute les résultat obtenus, et propose des travaux complémentaires.