Accueil > FR > Actualités > Blog > eHealth for Citizens, une plateforme de services d’eSanté interopérable

eHealth for Citizens, une plateforme de services d’eSanté interopérable

Retour sur les objectifs et résultats du projet

Démarré en 2009, le projet eHealth for Citizens adresse la problématique du suivi à domicile des patients en développant une plateforme de services d’eSanté connectée et interopérable.

Les développements de la médecine suivent une approche résolument curative mettant l’accent sur la mise au point de techniques de diagnostic et de traitements de plus en plus complexes et performantes. Les patients n’étant pris en charge que lorsqu’un problème médical survient, cette approche a le désavantage d’être coûteuse et rend difficile la gestion des budgets de soins de santé des pays industrialisés.

Depuis plusieurs années, des approches alternatives sont explorées dont celle de la médecine 4P. La médecine 4P propose un recentrage sur le patient via une approche préventive, prédictive, participative et personnalisée. Le patient devient acteur de sa prise en charge et a un rôle central à jouer.

C’est dans ce contexte que se développent des technologies innovantes visant d’une part à fournir aux patients des outils leur permettant de contribuer à leur suivi en les connectant directement à leur dossier médical partagé et leurs médecins et d’autre part à fournir aux professionnels de la santé des outils de communications efficaces leur permettant d’interagir avec leurs confrères et également avec les patients.

Démarré en 2009, le projet FEDER eHealth for Citizens, dont le CETIC est le chef de file, vise à concevoir et développer un prototype de plateforme de services d’eSanté adaptée au contexte wallon et interopérable.

Ce projet s’intéresse non seulement aux considérations technologiques liées à l’élaboration de ce type de plateforme mais également aux questions liées au respect des contraintes légales applicables et à la problématique médicale. Ces points sont abordés en collaboration respectivement avec le CRIDS de l’UNamur et le centre de recherche Immunehealth.

Au niveau technologique, un focus particulier a été mis sur l’élaboration d’interfaces utilisateurs ergonomiques adaptées aux besoins des patients et ceci en collaboration avec les spécialistes de l’UCL. Un travail a également été réalisé sur les problématiques de composition dynamique de services informatiques, en collaboration avec le laboratoire PRECISE de l’UNamur. Enfin, les questions d’interopérabilité des données ont été abordées en collaboration avec le Réseau Santé Wallon (RSW), réseau officiel wallon permettant l’échange de données médicales entre les professionnels de la santé.

Le projet eHealth for Citizens, se terminant en juin 2015, a abouti à la conception et au développement de différents outils étudiés en collaboration avec des professionnels de la santé :

  • des outils adaptés aux besoins des seniors n’ayant pas ou peu de connaissances en informatique se présentant sous la forme d’écran tactile avec une interface ergonomique. Ces outils permettent de réaliser un télémonitoring médical des seniors à domicile et offrent à ceux-ci des fonctions de communication d’information et de divertissement.
  • une application mobile dédiée aux patients chroniques leur permettant d’enrichir leur dossier médical et agissant comme un compagnon de santé, rappelant notamment la prise de médicaments et de mesures.
  • une plateforme serveur centralisée, collectant les données de télémonitoring des patients et gérant leur dossier personnel de santé. Cette plateforme intègre notamment des mécanismes de compositions de services tels que des services de stockage de données, de génération d’alertes médicales et d’accès à des services d’assistance médicalisée pour les patients. La plateforme centralisée est de plus connectée au RSW afin de rendre disponible les données de télémonitoring des patients aux professionnels de la santé et ceci de façon standardisée et interopérable.

Ces différentes technologies ont été testées en cas d’utilisation réelle auprès de 15 patients chroniques pendant 12 mois. Les tests ont été réalisés en collaboration avec le centre Immunehealth spécialiste des études cliniques. Le pilote a pu montrer l’intérêt grandissant pour ces technologies à la fois de la part de la population et des professionnels de la santé. On constate une prise de conscience sur la nécessité de revoir la façon dont les soins de santé sont organisés et sur la nécessité d’impliquer le patient dans sa prise en charge et son suivi.