Accueil > FR > Actualités > Blog > L’approche qualité dans l’ingénierie des exigences

L’approche qualité dans l’ingénierie des exigences

Une activité transversale entre les équipes du CETIC et visant la qualité au sein de l’ingénierie des exigences a vu le jour au CETIC. Cette activité s’est concrétisée au travers d’une étude de cas dans ce domaine qui a consisté en une première mise en oeuvre d’une approche qualité pour l’élicitation des exigences.

La motivation de l’approche

Le CETIC travaille activement dans le domaine de la qualité logicielle. A ce titre, une équipe spécialisée a développé ses compétences et ses recherches dans ce domaine et est, à l’heure d’aujourd’hui, réputée.

D’autre part, le CETIC a aussi développé une forte expérience dans le domaine de l’ingénierie des exigences. Dans ce contexte, le CETIC a été amené à définir des méthodologies d’analyse afin de pouvoir produire des documents de spécification de logiciel (SRS en anglais).

Dernièrement, une activité transversale a vu le jour et s’est intéressée à utiliser les matériaux théoriques existant dans le domaine de la « qualité » et à l’appliquer au monde des exigences.

La qualité pour l’ingénierie des exigences

La littérature a fait part de plusieurs référentiels de qualité pour les modèles. Partant du fait qu’une spécification de logiciel est aussi un ensemble de modèles semi-formels (UML, ...), un tel référentiel devient donc applicable.

Sur base de ce référentiel, trois types de facteurs de qualité peuvent concerner une spécification logicielle :

  • La qualité sémantique, c’est-à-dire la correspondance entre le modèle et le sujet modélisé ;
  • La qualité physique, c’est-à-dire la correspondance du modèle avec la connaissance du sujet qu’ont les acteurs du domaine ;
  • La qualité de connaissance, c’est-à-dire la correspondance entre la connaissance d’un acteur du domaine et le domaine lui-même.

Chacun de ces aspects peut être décomposé en deux facteurs :

  • La complétude
  • La justesse
GIF - 7 ko
Modèle de qualité

Par exemple, la qualité sémantique concernera la complétude du modèle par rapport au sujet mais aussi la justesse (c’est-à-dire le fait qu’il n’y ait pas d’erreur) entre le modèle et le sujet.

L’étude de cas réalisée

La méthodologie créée par le CETIC a été évaluée au cours d’une étude de cas pour voir l’impact de celle-ci par rapport aux facteurs de qualité identifiés. Les résultats obtenus tendent à montrer que cette méthodologie permet de faire converger les aspects de qualité vers le maximum. Cependant, la précision de l’évaluation des facteurs de qualité est restée faible dû au manque de temps disponible pour la mise en place d’un mode d’évaluation plus poussé.

Conclusion et travaux futurs

Cette étude de cas a renforcé notre sentiment quant à la qualité délivrée par notre méthodologie d’analyse. Cependant, une seconde étude de cas sera prochainement réalisée afin de fournir des évaluations précises des facteurs de qualité. A cette fin, un travail théorique aura lieu afin de définir des métriques permettant la collecte de données relatives aux aspects de qualité.

Gautier Dallons