Accueil > FR > Actualités > Blog > Comment le CETIC peut aider les entreprises à adopter le logiciel (...)

Comment le CETIC peut aider les entreprises à adopter le logiciel libre.

Les entreprises wallonnes sont nombreuses à être intéressées par les logiciels libres, tant au point de vue technologique qu’économique. Le mouvement open source a en effet fortement progressé ces dernières années. Il constitue à présent une piste intéressante de valorisation. Il offre aussi un potentiel de développement économique important, innovant et s’inscrit dans une politique durable. Mais les conditions de transition vers des modèles économiques rentables qui se basent sur l’open source ne sont pas faciles à déterminer, en particulier pour les PME.
Afin que les entreprises puissent aborder plus facilement les diverses stratégies open source, elles ont besoin d’informations pratiques et d’exemples concrets.

Le CETIC développe depuis plusieurs années un ensemble de compétences pratiques en matière d’open source : modèles économiques, inventaires de bonnes pratiques de développement open source, mesure de la qualité logicielle et, analyse des communautés open source.
Grâce à ses compétences, le CETIC est en mesure de guider les entreprises wallonnes à profiter de l’open source de par un meilleur contrôle de l’acquisition, de l’intégration ou de l’upgrade de logiciels open source, et, inversement, de la mise en open source de parties de leur code propriétaire. Cette guidance se base non seulement sur des résultats de projets de recherche comme le projet européen QualOSS (Quality of Open Source Software) dirigé par le CETIC, mais aussi sur les solutions directement appliquées lors des nombreuses missions d’accompagnement que le CETIC mène auprès des entreprises wallonnes.

Le projet QualOSS vient de se terminer et il a permis d’élaborer une méthode pour évaluer la robustesse et la capacité d’évolution de projets open source. Une évaluation basée sur la méthode standard de QualOSS analyse non seulement le code source, les tests, la documentation d’un composant open source mais aussi le comportement de la communauté de développeurs et autres contributeurs ainsi que leur méthode de travail. Les mesures obtenues sur le composant, la communauté et la méthode de travail permet ensuite d’identifier les risques liés à la robustesse et à la capacité d’évolution d’un projet open source.

Le CETIC continue dans cette voie en coordonnant le projet CELLAVI (Centre d’Expertise en Logiciel Libre à Vocation Industrielle), qui vise à répondre aux attentes plus spécifiques des entreprises wallonnes en matière de logiciel open source et, en l’occurrence, de raffiner les résultats de QualOSS pour répondre à la demande wallonne.

C’est dans ce cadre que le CETIC, le réseau LIEU (Liaison Entreprise Université) et l’INFOPOLE Cluster TIC se sont alliés pour organiser une journée ‘Open the Source’ le jeudi 26 novembre dernier sur l’Aeropole de Gosselies où 200 personnes se sont rassemblées pour trouver réponse à leurs questions à propos du logiciel libre, dont plus de la moitié représentaient des entreprises.

Cinq sessions interactives étaient organisées, précédées de présentations plénières en guise d’introduction. La journée e couvert les thématiques suivantes : Stratégie de valorisation, Logiciel Libre et secteur public (voir le compte rendu de la session secteur public attaché en format pdf), Aspects juridiques, modèles économiques et les pratiques à retenir des projets open source (voir le compte rendu de la session pratiques attaché en format pdf). Les présentations sont disponibles en ligne

Soulignons la présentation de François Elie, président de l’Adullact, qui nous faisait l’honneur de présenter les grandes lignes de ses réflexions publiées dans son livre récent : l’économie du logiciel libre.

On peut également retenir de la session dédiée au secteur public, l’annonce de l’engagement d’Easiwal a utiliser la forge OSOR pour héberger les futurs projets open source créés par EasiWal (voir le communiqué).

En clôture, le logiciel libre ayant été mis en évidence dans la Déclaration de Politique Régionale pour les années 2009-2014, le mot de la fin était adressé par Pascale Delcominette, représentant le ministre-président Rudy Demotte. Celle-ci a rappelé l’intérêt qu’il y avait pour l’autorité publique à utiliser dans la mesure du possible les logiciels libres et formats ouverts. En effet, le secteur public est un grand producteur de contenu et d’outils, et il est normal que les développements, ceux faits sur mesure en particulier, soient communautarisés. Ce discours a finalement fait état de la conscience des autorités publiques qu’elles sont amenée à prendre part active au sein de ces communautés.

Le CETIC ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Il va rejoindre le réseau des centres de compétence en logiciels libres et open source. Ceci va permettre de continuer à développer des méthodes cohérentes en collaboration avec des acteurs internationaux reconnus.
Au niveau régional, le CETIC souhaite améliorer la visibilité des acteurs du secteur et de leurs projets. La forge Pallavi destinée à héberger les projets en transition vers un modèle open source en est un premier exemple, mais celle-ci va à présent évoluer en un portail dédié aux acteurs wallons de l’industrie du logiciel libre.

Quant aux demandes d’échanges plus spécifiques manifestées par les participants à l’évènement Open the Source, elle sera poursuivie au travers de groupes de discussion.