Accueil > FR > Actualités > Blog > CELLaVI au CETIC - doper le secteur wallon du logiciel libre

CELLaVI au CETIC - doper le secteur wallon du logiciel libre

Nombreuses sont les entreprises wallonnes à être intéressées par le logiciel libre, tant du point de vue technologique qu’économique. Les conditions d’accès au logiciel libre ne leur paraissent cependant pas claires.

L’initiative CELLaVI (Centre d’Expertise en Logiciel Libre à Vocation Industrielle) du CETIC apporte des réponses aux entreprises motivées par le logiciel libre.

La Région wallonne n’est pas une terre vierge en matière de services en logiciels libres. Comparé à la France, par exemple, dont le marché est déjà entré dans une phase de consolidation, on note cependant plusieurs limitations :

  1. Les sociétés existantes sont généralement peu spécialisées, tout en présentant une taille réduite. Elles investissent par ailleurs souvent peu dans l’édition Open Source. Il s’agit pourtant de deux ingrédients possibles pour permettre aux entreprises locales actives dans le logiciel libre d’exporter leurs compétences. L’exemple belge d’OpenERP (anciennement TinyERP) montre pourtant qu’il est possible pour une société belge de réussir un projet de logiciel libre à l’international, tout en rencontrant des objectifs ambitieux de croissance.
  2. Peu de structures de mutualisation existent. Ces structures de mutualisation favorisent pourtant la mise en réseau d’opérateurs économiques, qu’ils soient issus du secteur privé ou du secteur public. Ce dernier joue en effet actuellement un rôle moteur en matière de logiciel libre et peut, par ses développements, jouer un rôle de stimulation économique en mettant à disposition des briques technologiques de qualité par rapport auxquelles les opérateurs privés pourront se déterminer. Parmi les qualités que cette structure doit présenter, citons notamment l’indépendance de choix vis-à-vis des licences, des modèles d’affaires ou des technologies. L’ADULLACT est un exemple français de structure de mutualisation, centrée sur les développements publics.

Nombreuses sont les entreprises wallonnes à être intéressées par le logiciel libre, tant du point de vue technologique qu’économique. Les conditions de transition ne leur paraissent cependant pas claires : le logiciel libre apporte de nouvelles licences, demandant aux entreprises intéressées de procéder à des choix économiques clairs, encouragent de nouveaux modèles de développement, etc. Le choix se complexifie encore dès lors que l’on intègre les licences dites hybrides (c’est-à-dire intermédiaires entre les licences propriétaires classiques et les licences libres) dans la réflexion.

L’initiative CELLaVI (Centre d’Expertise en Logiciel Libre à Vocation Industrielle) du CETIC apporte des réponses dans différents domaines :

  1. Par la mise en place d’une forge, CELLaVI répond aux attentes des entreprises à la recherche d’un service en ligne pour héberger leurs applications. La disponibilité de ce service est une condition pour promotionner les logiciels développés mais aussi pour outiller la démarche de co-développement entre l’entreprise et ses partenaires.
  2. CELLaVI répondra aux attentes des entreprises interpellées par les potentialités offertes par le logiciel libre mais peu préparées à ses réalités par l’offre de services dans les domaines
    • juridique (choix de licence, aide à la combinaison de droits),
    • économique (choix de modèle d’affaires, aide à la gestion de projets libres)
    • technique (choix de briques libres, architecturation d’applications,...),
    • formation (maîtrise de plates-formes Open-Source, formations certifiantes,...)
  3. Par la prise en compte de domaines émergents (comme le matériel libre, ou Open Hardware, ou l’analyse automatisée de logiciels), CELLaVI fournit des atouts déterminants pour que les entreprises fédérées autour de l’initiative restent à la pointe des nouveautés dans le secteur du logiciel libre.

Pour de plus amples informations, n’hésitez pas à contacter le CETIC.